Plumetot

PaysFrance
DépartementCalvados
NomPLUMETOT
Autre appellationALG B-10
Commune (s)PLUMETOT - MATHIEU - CRESSERONS
Coordonnées49°16’42”N – 00°21’20”W
OACIN/A
SituationAu croisement de la D222 et de la D221. 10 km au Nord de Caen (+3°) et 2.3 km de Mathieu (+20°)
UtilisationAérodrome français puis allemand et anglais 2ème guerre mondiale

ALG « Advanced Landing Ground », pouvant être traduit en français par « Aérodromes de l’avant » dont l’aménagement, au plus prés de la ligne de front, pouvait apporter rapidement un soutien aux troupes engagées.
ALG B : Terrains Anglais – ALG A : Terrains Américains
Codification B 10, utilisation par les Britanniques à partir du 10 juin 1944.

Montage réalisé par Jean-Luc Charles avec photo IGN de 1947

Utilisation avant 1944 : 

Aménagement en 1938-1939 d’une aire engazonnée pour l’Armée de l’Air

Déploiement en 1940 comme piste de dégagement pour les unités présentes sur Caen-Carpiquet en particulier le GAO 3/551 équipé de Potez 63-11 dont le chef trouvait les installations de Carpiquet trop visibles. (Voir le livre de Pierre Mariage: l’Adieu aux Ailes). Ses coordonnées étaient alors 49 16 N – 00 22 W.

Potez 63-11, utilisé par les GR et GAO (Collection Dandrieux n°16 via 2A)

Pilote en train de s’équiper avant un départ en mission (Coll François Robinard)

En 1940-41, la Luftwaffe l’utilisa dans les mêmes conditions et pour le même usage lors de la bataille d’Angleterre. Il fut alors occupé par la I/JG 27 en août 1940 puis le         4 (F) /Aufkl.Gr.14 en septembre et octobre 1940. L’unité de commandement du terrain était le Fl.H.Kdtr.E 60/XIII jusqu’en mai 1941. Après cette date, il fut rendu inutilisable en y creusant des tranchées et en le couvrant d’obstacles en employant 567 hommes (Organisation Todt).

Lors du débarquement de Normandie :

Devient l’ALG B-10. Construction par 25th Airfield Construction Group, rattaché au 12th AGRE (Army Group Royal Engineers) du 21ème Groupe d’Armées

Date de début de la construction : 18 juin 1944

Date de mise en service opérationnelle : 23 juin 1944

Fin d’activité opérationnelle : courant 1945

Unités présentes sur le terrain :

  • 83 Group/129 Wing, 2nd Tactical Air Force
    184 Squadron (BR), en provenance de B-2.
  • 84 Group/123 Wing, 2nd Tactical Air Force
    198 Squadron (TP), présent du 11 au 19 juillet 1944
    609 Squadron (PR) Auxiliary Air Force, présent du 1er au 19 juillet 1944 (Composé de pilotes belges) Intégré en 1944.
  • 84 Group/131 Wing 2nd Tactical Air Force
    302 Squadron (WX) Pologne, présent en août 1944
    308 Squadron (ZF) Pologne, présent du 04 août à septembre 1944
    317 Squadron (JH) Pologne, présent août et septembre 1944
  • 84 Group/35 Wing (Recce) 2nd Tactical Air Force
    2 Squadron (XV), présent du 30 juillet au 14 août 1944
    4 Squadron (?) Détachement de 4 jours
    268 Squadron (NM) Bombardment Squadron, présent du 02 au 13 août 1944
  • 84 Group/135 Wing 2nd Tactical Air Force
    33 Squadron (5R), détachement sur ALG B-17, les 19 et 20 août 1944

Localisation du terrain François Robinard

Angle vers : photo du terrain prise de nos jours (voir plus bas)

En rouge : position de la stèle en hommage aux pilotes polonais

Ce terrain d’environ 200 ha a quelques particularités. En premier lieu il est constitué de 2 pistes parallèles de 1200 m de longueur. L’une est en terre compactée et l’autre étaient recouvertes de PBS (bandes de tissus et de papier enduits d’une couche de bitume déroulées sur le sol avec des machines spéciales surnommées « stamplickers »).

Un développement particulier des données de cet aérodrome « ALG » est dû à la visite à Merville (Nord) d’une délégation du 33ème Sqn. Ceux-ci durant la bataille de Normandie ont eu en France le terrain de Plumetot comme lieu de stationnement à partir du 10 juin 1944.  16 juin 2017 – Visite du No 33 squadron Merville

(Collection Chris Perkins)

François Robinard, spécialiste des ALG Normands (voir son livre présenté en fin de ce document) nous signale le fait suivant : Le Spitfire ci-dessus, image connue mais fort belle, montre le Spitfire du Wing Commander Alan Geoffrey Page (initiales sur le nez) prise non pas à Plumetot (B-10), mais sur B-11, Longues sur Mer (30km environ à l’ouest de Plumetot) le 20 juillet 1944. Il était le Wing-Commander de la 125 Wing (83 Group) de la 2nd Tactical air Force depuis le 1er juillet en remplacement de R.D. Yule.

La photo ci-dessous nous montre les troupes Anglaises en train de déposer le PBS.

(Coll François Robinard)

Vue de cet aérodrome comme si vous étiez à la place du pilote qui va atterrir (Coll François Robinard)

Une autre particularité de cette installation est l’enfouissement des avions qui permettait de camoufler plus facilement les petits avions d’observation de type Auster IV.

(Coll François Robinard)

Une note de François Robinard nous donne le moment de fermeture de ce terrain :
« Après le départ des avions, le plus souvent dans la première dizaine de septembre (1944), les terrains ont été utilisés comme dépôts de matériel ou parcs de véhicules de toutes sortes, le plus souvent pour le Génie. Ce n’est qu’en 1945 que le Ministère de l’Air, directeur des installations et travaux de l’Air à Paris sera avisé par le Major General, Direct or of works, L.G. Robertson, directeur des travaux du 21ème Groupe d’Armée Britannique que les terrains sont rendus au Département du Calvados, direction départementale des Ponts et Chaussées. (réf. Courriers classés M 31 aux archives des ponts et chaussées déposées aux archives départementales.). »

Dessin humoristique exécuté en juillet 1944 par un sapeur chargé de la construction et de l’entretien de la piste recouverte de PBS sur B10 (Collection François Robinard)

Autre dessin du même sapeur qui représente la difficile route qui mène de Subles à Plumetot (Collection François Robinard)

Rédaction jean Luc Charles (membre 2A)

 

Vue de l’emplacement de l’aérodrome de nos jours (Coll François Robinard)

Monument dans le village de Plumetot, en hommage aux pilotes Polonais (Coll François Robinard)

–oOo–

Pour plus d’information, nous vous recommandons le livre de François Robinard.