Poix – Croixrault

PaysFrance
DépartementSomme
NomPOIX - CROIXRAULT
Autre appellationN/A
Commune(s)CROIXRAULT, FRICAMPS, THIEULLOY L’ABBAYE
Coordonnées49°48’17’’N / 1°58’35’’E
OACIN/A
Situation4 km nord POIX
UtilisationAncien aérodrome français entre deux guerres, français, britannique puis allemand 2ème GM

Poix-Croixrault 1930-1939

Limites du terrain civil dans les années 30, et extension par l’Armée de l’Air au Sud-Est en 1939/1940

(Jacques Calcine, membre 2A)

Occupations successives du Terrain:

A sa création en 1921, le terrain est un aérodrome de secours pour l’Aéronautique marchande sur la ligne Le Bourget – Londres.

En 1935, son infrastructure et ses équipements consistent en :

  • Une aire d’atterrissage de 600 x 550 m
  • Un phare aérien de rappel à éclipse, blanc, indicatif « Z »
  • Un balisage périphérique de nuit
  • 3 projecteurs d’atterrissage
  • Pas de météo, radio ni aérogare
  • 1 habitation en dur (gardien)
  • 2 hangars (Etat, aéroclub)

A la déclaration de Guerre, la Compagnie de l’Air 44/104 (Cne De Caussade, 4 / 90) est chargée de la prise en compte du terrain du 28/08 au 19/09/39.

Elle accueille le Groupe de Bombardement II / 34 (13 Amiot 143) du 29/08 au 08/09/39.

La CA 58/110 (Cne Busson, 4/17/115, 20 mitrailleuses Lewis AA de 8 mm) lui succède du 03/10/39 au 09/02/40, puis les installations sont transférées à la Royal Air Force pour y affecter :

– La 52ème Wing (sur Blenheim IV) avec le Sqdn 59 du 05/10/39 au 19/05/40, le Sqdn 53 du 11/10/39 au 19/05/40, le Sqdn 57 les 18 et 19/05,

– Le Sqdn 615 (Gladiator) du 12 au 27/04/40

Le Terrain est répertorié d’octobre 1940 à juillet 1942 par la Luftwaffe comme  » Flugplatz Poix – Nord  » sous le n° de code 555, et de juillet 1942 à juin 1944 sous le n° 277 :

Les Allemands y construisent 2 pistes de 1620 et 1650 m bétonnées, balisées, équipées de rampes d’approche Lorenz et de moyens de percée ; deux zones de dispersion totalisent 38 abris et un bataillon de Flak défend le secteur avec 4 batteries de 4 canons de 88 mm et 9 sections de 2 à 4 canons de 20 et 37 mm.

On y notera la présence des unités suivantes :

  • Etat-major de la  JG 54 et Groupe I / JG 54 (Bf 109E) du 10 au 18/06/40
  • I / JG 21 (  «   ) du 13 au 15/06/40
  • III / JG 3 (  «   ) du 24/06 au 12/07/40
  • III / KG 26 (He 111H Pathfinders Y-Gerät) notée du 13/08/40 au 16/02/41
  • II / KG 100 (He 111H) de février au 21/04/42
  • II / JG 2 (Fw 190A) du 15/03 à septembre 43 (avions accidentés les 15, 17/07, 27/09/43, source WAATS)
  • I / JG 27 (Bf 109G-4) du 14/04 à juin 43
  • Stab JG 26 (2 Fw 190A) du 6 au 20/06/44
  • I / JG 26 (Fw 190A) du 10 au 23/06/44

A la Libération, le Terrain reçoit l’appellation d’Advanced Landing Ground B-44 et y sont stationnés :

– Les Sqdn 401 , 411 , 412, 414, et 442 de la RAF , du 03 au 07/09/44, sur Spitfire IX

– Le 314 TCG sur C 47 Skytrain de février au 15 octobre 45

Sources :

  • Guide Aérien France Michelin 1935
  • Atlas aéronautique du ministère de l’Air 1930
  • Livre « Ils étaient là » (Paul Martin)
  • Dossiers SHD / Air séries 2B, D, F4
  • Die Verbande der Deutschen Truppen (Tessin)
  • Fliegerhorstkommandanturen und Flugplätze der deutschen Luftwaffe 1935-1945 (Mattiello)
  • Site « ww2.dk/ »
  • RAF Squadrons

(Jacques Calcine, 2A)

(Fiche mise à jour 09 / 16)