1940 – des pilotes polonais à Cambrai-Niergnies

Trois pilotes et des mécaniciens polonais sont affectés le 28 mars 1940 au Groupe de chasse III/2 à Cambrai-Niergnies sous les ordres du Commandant Geille.

Fin septembre 1939, le gouvernement polonais en exil du Général Władysław Sikorski arrive à Paris pour réédifier et affirmer la position de la Pologne comme état souverain et allié qui, malgré la double invasion, reste vivant et le prouve en continuant la guerre dans le camp de la coalition occidentale.

Visite du Général Sikorski à Lyon-Bron (DR)

Novembre 1939
Le centre d’instruction de l’aviation polonaise de Lyon-Bron permet de regrouper les aviateurs polonais ayant rejoint la France, par les chemins les plus divers, afin de poursuivre le combat.
L’état-Major français de l’Armée de l’Air évalue à 150 pilotes confirmés le nombre de polonais susceptibles de fournir un renfort précieux aux groupes de chasse français.

04 janvier 1940
La création d’unités combattantes aériennes est décidée par un accord franco-polonais.
Des pilotes polonais, ainsi que leur support logistique, seront instruits sur du matériel français (Caudron C714, Dewoitine D.520 mais principalement sur Morane-Saulnier Ms 406)

Pilotes polonais devant un Morane 406 (DR)

15 janvier 1940
20 pilotes partent au C.I.C (Centre d’Instruction de la Chasse) de Montpellier pour un stage de trois mois qui, finalement, sera ramené à un mois car les polonais se montrent bien meilleurs que ce que l’on espérait. Tous, en effet, ayant combattu lors de la campagne de Pologne !
138 pilotes polonais sont ainsi formés et participent aux opérations de la Bataille de France.

28 mars 1940
Trois pilotes et des mécaniciens polonais sont affectés au Groupe de chasse III/2 à Cambrai-Niergnies sous les ordres du Commandant Geille.
Les pilotes sont : le Capitaine Stefan Łaszkiewicz, le Lieutenant Stefan Zantara et le Sergent-chef Leopold Flanek.
Le Capitaine Franciszek Gomulinski les accompagne à la tête d’un groupe de mécaniciens.
Le Capitaine Łaszkiewicz commande cette section polonaise.

Capitaine Stefan Łaszkiewicz (DR)

Né le 16 novembre 1905 à Wolyń (Pologne ). Admis en 1925 à l’école d’aviation de Grudziądz, il devient officier observateur au 2-ieme régiment d’aviation de Cracovie. En 1938, il est promu capitaine après des études à l’école supérieure militaire. Il participe à de nombreuses démonstrations de voltige aérienne avec le Sergent Leopold Flanek dans son équipe.
Durant la campagne de Pologne, il a le poste d’officier opération dans la défense aérienne de Varsovie.
Après l’invasion par l’armée allemande et les troupes soviétiques, il rejoint la France via la Roumanie pour continuer le combat. A l’issue d’une formation sur Morane 406 à Montpellier, il prend le commandement du  » Groupe Montpellier  » constitué des premiers pilotes de chasse polonais opérationnels en France. Lors de la campagne de France, il intègre le Groupe de chasse III/2 à Niergnies avec les pilotes Leopold Flanek et Stefan Zantara .
A l’annonce de l’armistice du 17 juin, il passe en Angleterre. En septembre et novembre 1940 il commande le 308 polish squadron  » city of kraków ‘‘. En décembre 1940 il assure des missions de protection aérienne de convois. Tout en continuant à voler au sein du 316e Escadron mais aussi sur Thunderbolt P-47 de l’US Air Force, il intègre l’Inspection générale des forces armées polonaise en Angleterre et reste à ce poste jusqu’en 1946.
Stefan Łaszkiewicz a été décoré de la croix de la Vaillance polonaise ainsi que de la Croix de Guerre française. Il termine sa carrière de militaire avec le grade de colonel.
Après la guerre, il émigre au Canada puis ensuite aux États-Unis où il décède le 12 avril 1988.

Témoignage du Capitaine Łaszkiewicz :
BRON 1940-Départ pour le front
 » Mi-mars : L’ordre nous arrive de rejoindre les unités du front. Mon groupe est affecté au GCIII/2 de Cambrai.
Le Capitaine Rougevin (Pierre) me dit alors :  » Je vous présenterai au second Rougevin, mon frère Jacques. Il est dans cette unité et a aussi le grade de capitaine….
Des Moranes neufs nous sont livrés. Nous les prenons en compte ainsi que nos nouvelles tenues de vol…..
25 mars 1940 : A intervalles rapprochés, atterrissent à Bron les escadrilles françaises des six Groupes de chasse que nous devons rejoindre et qui viennent nous chercher. Six escadrilles de trois avions avec le frère de Rougevin à la tête de celle de Cambrai.
Le frère de notre Rougevin, quelque peu plus jeune et plus grand, est tout aussi spontané et poli….
26 mars 1940 : Arrivée sur le terrain du Général Sikorski accompagné du Général Denain…
Une messe se déroule dans un hangar. Devant ce dernier, sont alignés face à face les avions aux couleurs françaises et ceux avec les damiers blancs et rouges.
Nous défilons puis le Général nous passe en revue. Un militaire porte un plateau avec les insignes Françaises de pilote. Le Général les épingle sur notre tenue en nous serrant chaleureusement la main. On joue la Marseillaise puis l’hymne national polonais. Une courte allocution close ensuite la cérémonie…
Peu de temps après, les escadrilles polonaises décollent avec les escadrilles françaises. Après deux heures de vol, les avions de Rougevin suivis de mon groupe atterrissent à Cambrai. Gomuliński avec les mécaniciens arriveront par la suite …’’  Stefan Łaszkiewicz (De Cambrai par Coventry)

Le commandant Geille vu par Stefan Łaszkiewicz :
‘‘Le Commandant Geille, commandant la division, déborde de forme et de bonne humeur. Parmi de nombreuses décorations, il porte la barrette de la Croix de la Vaillance polonaise. Geille a combattu en Pologne en 1920 et se souvient de quelques phrases en polonais.
Dépassant la quarantaine, de taille moyenne, les yeux clairs, il a le tonus d’un jeune homme. Il est extraordinairement poli et avenant. De belles dents blanches étincellent à chaque sourire. Charmant ! comme disent les dames d’un tel homme.
Je suis gêné de son paternalisme envers nous les polonais. »  S. Łaszkiewicz (De Cambrai par Coventry)

 

Lieutenant pilote Stefan Zantara (DR)

Le Lieutenant Stefan Zantara est né à Varsovie le 20 octobre 1912.
Il acquiert la spécialité de pilote observateur à sa sortie de l’école d’aviation de D1OLIN (promotion 1934) et est affecté au 2nd Régiment Air de Cracovie.
Il rejoint la France après la campagne de Pologne et intègre le groupe de chasse Montpellier sous le commandement du Cne Laszkiewicz avant son affectation à Niergnies-Cambrai (6ème Escadrille) où il combattra pendant la campagne de France (Une victoire confirmée).
Rejoint ensuite l’Angleterre après la proclamation de l’armistice.
Décédé le 08 juillet 1988, il repose dans le cimetière militaire de Varsovie (Powqzki Cmentarz Wojskowy).

 

Léopold Flanek (DR)

Le Sergent-chef Leopold FLANEK est né le 13 décembre 1902 à Bieżanowie (près de Cracovie).
Avant la guerre il fait partie d’un groupe de voltige aérienne avec le capitaine Łaszkiewicz.
Participe à la campagne de Pologne au sein de la 121e Escadre de chasse de Cracovie.
Après une formation en France, il intègre le Groupe de Chasse III/2 à Niergnies en mars 1940 dans la section polonaise du Cne Łaszkiewicz (01 victoire confirmée).
Le 15 mai 1940, touché lors d’un combat aérien au-dessus des Ardennes près de la frontière belge, il se tue en essayant de poser son MS-406 (994/L-584) endommagé dans une prairie à Neuville-lez-Beaulieu (nom actuel issu de la réunion des anciennes communes de Neuville-aux-Tourneurs et Beaulieu en 1973).
Inhumé dans le cimetière communal de Neuville-aux-Tourneurs jusqu’en 1963, il repose actuellement dans le cimetière militaire tchécoslovaque de Neuville-Saint-Vaast (situé en bordure de la route départementale d’Arras à Béthune, en face du monument aux volontaires polonais de la Targette).
Une rue de la banlieue de Cracovie porte son nom (Ulica Flanka Leopolda).

La Campagne de France
Pendant la courte période d’opérations 56 victoires se trouvent inscrites au palmarès des pilotes polonais affectés dans les différentes unités françaises. Grâce à leur entraînement, leur moral très élevé et leur combativité, ils ont souvent forcé l’admiration.
Touché lors d’un combat aérien au-dessus des Ardennes, le Sergent-chef Leopold Flanek se tue en essayant de poser son avion endommagé dans une prairie à Neuville-lez-Beaulieu (nom actuel issu de la réunion des anciennes communes de Neuville-aux-Tourneurs et Beaulieu en 1973).
A l’annonce de la demande d’armistice du 17 juin 1940, le Général Sikorski passe l’ordre aux troupes polonaises de poursuivre le combat en Angleterre. Les aviateurs s’efforcent alors, par tous les moyens, de rejoindre et d’incorporer les rangs de la R.A.F.
Tout comme leurs camarades français, des pilotes polonais intègrent les escadrilles décimées de la Royal Air Force.

Les pilotes polonais s’illustreront à nouveau en 1944, mais cette fois à Epinoy avec l’arrivée du No 305 Polish Squadron ‘‘Ziemi Wielkopolskiej » sur l’Airfield A75 de Cambrai – Epinoy.

Jean Jablonski

 

Article réalisé en complément de notre prochain livre, Collection Aérodromes Cambrai-Niergnies (parution septembre 2020)