Beauvais – Tillé

Identifiant
ATLAS OISE n°8 - 2015
PaysFrance
DépartementOISE
NomBEAUVAIS - TILLÉ
Autre appellationN/A
Commune(s)BEAUVAIS
Coordonnées49°26'58''N / 2°06'22''E
OACILFOB
Situation4 km sud-est ville
UtilisationTerrain français 1ère GM, terrain civil entre deux guerres, base aérienne allemande 40/44, terrain civil actuel
Autres rubriques
Sources
Jacques Calcine 2A

Beauvais Tillé 1418

Limites du terrain 1ère GM (Jacques Calcine, membre 2A)

Occupations successives du Terrain jusqu’à la Libération:

1) Première Guerre Mondiale :

Infrastructures (avril 1918) : pas de hangar, 71 tentes pour avions

  • C 53 du 02 au 08/08/16
  • C 27 du 16 au 28/08/16
  • F 218 du 02/11 au 20/12/16
  • C 10 du 09/11 au 01/12/16
  • SPA Bi 228 les 26 et 27/03/18
  • BR 7 du 28 au 29/03/18
  • GC 11 (SPA 12, 31, 57, 154) du 30/03 au 28/05/18
  • SOP 222 les 18 et 19/04/18
  • SAL 39 les 1er et 02/06/18
  • GC 17 (SPA 77, 89, 91, 100) du 09/06 au 09/07/18
  • SPA 76 du 1er au 09/07/18
  • SPA 153 du 06 au 24/08/18
  • SPA 94 du 07 au 20/08/18
  • SPA 48 du 08 au 25/08/18
  • SPA 155 du 08/08 au 12/09/18
  • SAL 230 du 11 au 18/09/18
  • SAL 24 du 31/08 au 22/09/18

2) Entre deux – guerres:

Dès la fin de la Guerre et la mise en services des premières liaisons aériennes, le terrain est un aérodrome de secours pour l’Aéronautique marchande sur la ligne Le Bourget – Londres.

En 1935, son infrastructure et ses équipements, standardisés et importants pour l’époque, consistent en :

  • Une aire d’atterrissage de 500 x 500 m
  • Un phare aérien de rappel à éclipse, blanc, indicatif « G »
  • Un balisage périphérique de nuit
  • 3 projecteurs d’atterrissage
  • Une installation radio fonctionnant sur 900 m (33,3 Mhz), 930 m (32,2 Mhz), ayant pour indicatif « FOC » et associée à une station de radiogoniométrie.
  • 4 habitations en dur (gardien, météo, radio et aérogare)
  • 3 hangars (Etat, aéroclub, atelier)

En 1937, un projet de « Base aérienne de Beauvais Tillé » est lancé, et dont le plan de masse est approuvé le 22 juin : Sont prévus bureaux, logements, ateliers et 5 groupes de 3 hangars permettant la mise en œuvre d’autant d’unités basées ou de passage. Ce projet ne verra jamais le jour.

Sources :

  • Les escadrilles de l’Aviation Militaire française 1914-1919 (SHD)
  • Dossiers série A, F65xx (SHD)
  • Atlas aéronautique du ministère de l’Air 1930 (MAE)
  • Guide aérien Michelin 1935 (MAE)

3) 2ème Guerre Mondiale :

–> Armée de l’Air :

– Compagnies de l’Air:

  • CA 86/107 (Cne  Herembrood, 4/18/106, 4 mitrailleuses AA Lewis de 8 mm jumelées, 7 Hotchkiss de 7,5 mm, puis 5 canons de 25 mm) du 29/08/39 au 21/05/40
  • CA 58/110 (Cne Busson, 4/17/ 115, 20 Lewis 8 mm) du 28/05 au 08/06/40

– Forces Terrestres Antiaériennes : 4ème section de la 3ème Cie de mitrailleuses du 501ème groupe (2 x 13,2 mm)

– Groupes:

  • GC I / 2 (24 MS 406) du 27/08/39 au 13/02/40
  • GC III / 1 (Bl 152) du 22/12/39 au 10/01/40
  • GC I / 1 (Bl 152) du 21/02 au 02/03/40
  • Passage du GBA I / 54 les 15 et 16/03/40 en retour de Tangmere (GB) vers Vinon suite à l’annulation de leur mission en Finlande
  • GC III / 3 (28 MS 406) du 10/04 au 10/05 puis du 17 au 21/05/40
  • Passage du GAO 545 du 17 au 18/05/45
  • Passage du GC II / 6 (MS 406) du 17 au 19/05/40
  • Passage du GC III / 2 (MS 406) du 17 au 20/05/40
  • Passages des Br 693 du GBA I/51 pour ravitaillement et remise en œuvre pendant leurs missions d’attaques depuis Etampes.

L’ordre de destruction des installations est donné par la ZOAN le 7 juin.

–> Luftwaffe :

Le Terrain est répertorié de septembre 1940 à juin 1942 par la Luftwaffe comme  » Flugplatz Beauvais – Tillé  » sous le n° de code 501, et de juillet 1942 à juin 1944 sous le n° 252

  • Il est alors doté d’infrastructures particulièrement imposantes comprenant :
  • 2 pistes de 1665 m chacune, bétonnées, balisées, dotées de rampes d’approche Lorenz et de moyens d’arrivée par mauvais temps ;
  • 3 zones de dispersions totalisant 44 abris pour avions ;
  • Un réseau de chemins de roulements le reliant au terrain annexe de Nivillers (voir fiche). Un régiment de Flak très important, équipé de 4 batteries de 4 à 6 canons de 88 mm et de 14 sections de 2 à 6 canons de 20 et 37 mm

L’activité aérienne est également très dense, on note les unités suivantes :

I / KG 76 (29 Do 17Z) de juin au 24/10/40

I / STG 1 (Ju 87R) en juillet 40

État-major de l’escadre et Groupe de Bombardement I / KG 26 (sur He111H) de septembre 40 à fin février 41

Détachement du FAR 42 en 1942 (FliegerAusbildungRegiment, analogue à notre EFIPN, chargé de l’instruction militaire des jeunes recrues et de la protection des installations par ces mêmes élèves)

  • I / KG 77 (Ju 88A) du 09 au 22/03/41
  • II / KG 77 (   «   ) de mars à juin 41(appareils perdus les 03/03, 19 et 23/04 ,11/05)
  • III / KG 4 (He 111H) du 30/06 au 19/07/41
  • III / Kg 77 (Ju 88A) du 01 au 30/05/42
  • II / KG 54 (Ju 88A) 09/07 au 16/08/42

L’escadrille St.14 du IV / KG6 est formée à Beauvais le 01/09/42 avant d’être redésignée 6 (F) / 123 en janvier 43 avec 3 Ju 86P/R, puis dissoute en février 43

  • I / KG6 (Ju88A) de décembre 42 à février 43 puis de mars 43 au 15/06/43
  • Stab KG6 (État-major Escadre) de mars 43 au 15/06/43 (JU 88A)
  • Déploiement probable du I / KG 66 en avril 1943 (Ju 88 perdus les 12, 15 et 24 de ce mois)
  • II / JG 26 (31 FW190A) du 15/08 au 03/10/43
  • Passages ou déploiements (à confirmer ?) d’éléments de la KG 51, sur Me 410, du 17 février au 3 mars 44 (Source Tessin, et appareil du I / KG51 accidenté le 15 mars), et en mai (appareil du II / KG51 accidenté le 12 mai).

–> A la Libération, le Terrain est répertorié par les Alliés sous une première appellation B-42 et réceptionne les Sqdn 175, 184 et 245 de la RAF, sur Typhoon, du 02 au 04/09/44.

Au départ de ceux-ci, il reçoit la deuxième appellation A-61 et abrite le 322ème Bombing Group, sur B 26 Marauder, du 29/09/44 au 31/03/45.

Il devient aussi un aérodrome de stockage pour des planeurs d’assaut et des B 24 Liberator de remorquage (témoignage local).

Sources :

  • Livre « Ils étaient là » (Paul Martin)
  • Les escadrilles de l’Aviation Militaire française 1912-1920
  • Dossiers SHD / Air séries 2B et D
  • RAF Squadrons
  • Die Verbande der Deutschen Truppen (Tessin)
  • Fliegerhorstkommandanturen und Flugplätze der deutschen Luftwaffe 1935-1945 (Mattiello)
  • Site « ww2.dk »

(Jacques Calcine, 2A)
(Fiche mise à jour 05 / 17)