Aéroclub d’Évreux – Personnalités

Photographie d’une carte postale d’époque (Patrimoine et Culture Aéronautique BA105)

Paul Lemée
Paul Lemée naît à Dieppe le 25 juin 1909, puis ses parents déménagent dans l’Eure. Les avions de l’aéroclub y survolent à basse altitude le jardin de ce jeune garçon. Plus grand, il n’a qu’un rêve, celui de voler. Il s’engage dans l’aviation militaire où il passe son brevet de pilote à l’âge de 20 ans. Redevenu civil, il devient en 1932 chef pilote de l’aéroclub de l’Eure. Il pratique des vols bien à lui sur Potez et autre Farman… Exemples : Lemée décolle sur une roue avec une aile qui rase l’herbe, monte en chandelle, effectue des renversements, des tonneaux, des Immelmann et des vrilles. Virtuose de la voltige sur son avion un Comper Swift, il ne se sentait vivre que lorsqu’il était en l’air.
Sa devise inscrite dans son bureau : « Un seul parti, une seule religion : l’aviation »

Paul Lemée sur un avion de l’aéroclub de l’Eure et adossé à son Comper Swift en 1933 (Patrimoine et Culture Aéronautique BA105)

Il fera beaucoup pour populariser le sport aérien en organisant des baptêmes de l’air, des leçons de pilotage et des meetings. Le pilote ébroïcien établira un record du monde de distance sans escale en décembre 1937, en ralliant Groningen (Pays-Bas) à Biarritz après 7h10 et 1228 km de vol. Ce chef pilote formera des pilotes normands dont certains s’illustreront dans l’escadrille Normandie-Niemen.

Paul LEMEE sur le Caudron C.232 de l’ACE en 1932 (Patrimoine et Culture Aéronautique BA105)

Paul Lemée effectue six périodes de réserve volontaire comme instructeur pilote dans l’armée de l’air à Bernay et à Chartres. Mobilisé en 1938, puis en 1939, il est affecté pendant la guerre comme pilote de chasse au sein du G.C. II/6 à Vouarces (Marne) sur Morane 406 en aout 1939, puis en 1940 à l’école de chasse d’Etampes comme instructeur pilote. Sa vie se brisa brutalement le 30 avril 1940 à Etampes dans un vol en double commande avec un élève. Paul Lemée périt dans le crash de son avion, sans que les circonstances exactes de l’accident soient éclaircies. Il venait d’avoir 30 ans, totalisant 3.500 heures de vol et plus de 20.000 atterrissages sans accident.

 

Georges Leroy, inventeur (1893 – 1964)
George Leroy était professeur à l’Ecole Pratique d’Industrie d’Évreux dans les années 1930.

L’avionnette de Georges Leroy
Dans la salle de traditions de la Base se trouve une maquette d’un moto-planeur appelée « avionnette » conçue par G. Leroy dans les années trente dont la caractéristique est le mouvement pendulaire. Ainsi tout l’avion effectue un déplacement latéral d’un côté ou de l’autre permettant à celui-ci une rotation sur lui-même. La maquette exposée ici n’a plus ni roue ni moteur car ils avaient été démontés par l’occupant allemand durant la seconde guerre de peur qu’un aviateur ne l’utilise pour se rendre en Angleterre. D’esprit inventif, ce technicien s’occupa comme prisonnier durant la première guerre, à débuter la réalisation d’un planeur à partir de diverses pièces de récupération. Il termina son avionnette lors de son retour de captivité. Puis, il conçut un vrai moto-planeur dont le premier vol fut effectué, en mai 1934, piloté par M. Lemée, chef pilote de l’aéroclub d’Évreux. Cet inventeur est resté pratiquement inconnu des médias.

Avionnette de Georges Leroy suspendue au plafond (Coll. Daniel Flahaut)

Affiches en salle traditions

 

–oOo–

Article réalisé en complément du livre Collection Aérodromes n°11 Évreux – Fauville