St Omer-Arques-Fort Rouge

St Omer-Arques – Fort Rouge – (Département du Pas de Calais)

Plan d’ensemble réalisé d’après les documents de la DGAC selon l’inventaire de 1947.

 

Terrain aménagé en 1940 par les Français puis utilisé par la Luftwaffe avec les deux autres terrains de la région de St Omer : le plateau des Bruyères (aujourd’hui LFQN) et celui de Clairmarais. Il n’est plus utilisé actuellement mais on peut encore distinguer des vestiges de pistes routières, taxiways et piste d’envol de 650m x 40m. Les unités de la Luftwaffe qui l’ont occupé se répartissaient entre les trois terrains.

Unités présentes :

II./JG 27 (du 13 août 1940 → ?) avec des Bf 109
II./JG 53  avec Bf 109 E (dates non référencées)
II./JG 3 (du 1er janvier 1941 → ?)
Staffel/JG 26 (d’octobre 1940 à novembre 1940) avec Bf 109 E

Plus d’utilisation ensuite. Utilisé de nouveau comme terrain de desserrement en 1942-1943 par la JG 26 déployée aux Bruyéres.

 

Taxiway visible au bord de la N42

 

Le même vu du ciel (en 2009)

 

Bunker d’observation et de signalisation

 

Piste d’envol occupé par une entreprise

Vue du sol

 

A l’Est du terrain, derrière le passage à niveau coupant la route de Cassel, nous avons remarqué la présence d’un ancien taxiway qui devait relier le terrain à la forêt de Clairmarais. En lisière de ce bois (à l’emplacement du hangar vert visible sur la photo) se trouvait un hangar demi-lune dont l’emplacement contient encore les plots d’ancrage et l’aire intérieure. Le rail des portes de fermeture est toujours visible.

FW 190 de Gehard Shoepfel de la JG 26. Sur le côté droit, remarquer la présence d’un grand hangar en lisière de forêt. Celui-ci a maintenant disparu et son emplacement est maintenant occupé par la construction visible sur notre photo aérienne.

La construction d’une nouvelle zone industrielle est en train de faire disparaitre les taxiways et voies de communications au Sud du terrain. Le site fera prochainement l’objet d’une reconnaissance avec un inventaire des vestiges encore présents.

Présence également vers Aire sur la Lys d’un terrain factice servant à leurrer les appareils Alliés.