Tour en Bessin

PaysFrance
DépartementCalvados
NomTOUR-EN-BESSIN
Autre appellationALG A-13
Code STARCRAFT STARDUSTER
Commune (s)SULLY - TOUR-EN-BESSIN - VAUCELLES
Coordonnées49° 17' 24'' / 01° 45' 09''
OACIN/A
Situation(à préciser)
Utilisation Aérodrome américain 2eme GM

ALG « Advanced Landing Ground », pouvant être traduit en français par « Aérodromes de l’avant » dont l’aménagement, au plus prés de la ligne de front, pouvait apporter rapidement un soutien aux troupes engagées.
ALG B : Terrains Anglais – ALG A : Terrains Américains

Codification A-13, nom de code STARCRAFT STARDUSTER

Localisation (Coll François Robinard)

Construction :

  • Piste 1 par le 833rd EAB
    Le 833rd est rattaché au 926th Engineer Aviation Regiment le 02 juillet. Il se rendra ensuite sur A-25C Bolleville.
  • Piste 2 par le 846th EAB
    Il reçoit l’aide du 846th le 26 juillet.

Date de début de la construction :

  • Piste 1 le 12 juillet 1944
  • Piste 2 le 26 juillet 1944

Date de mise en service opérationnelle :

  • Piste 1 et piste 2, le 28 juillet 1944

Fin d’activité opérationnelle :

  • Piste 1 et piste 2, le 2 décembre 1944

Unités présentes sur le terrain :

373rd Fighter Group, 9th Air Force/XIX Tactical Air Command/ 303rd Fighter Wing
Rejoint le A-29 Saint-James le 19 août
. 410th Fighter Squadron (R3) Group présent du 19 juillet au 19 août/Transféré sur A-29 Saint-James, près d’Avranches puis sur A-62D Reims.
. 411th Fighter Squadron (U9)
. 412th Fighter Squadron (V5)

406th Fighter Bomber Group puis Fighter Group (mai 1944), 9th Air Force/XIX Tactical Air Command/ 303rd Fighter Wing
Rejoint A-14 Cretteville le 17 août
. 512th Fighter Squadron (L3) Group présent du 05 au 17 août.
. 513th Fighter Squadron (4P) En provenance de A-2 Cricqueville le 27 juillet.
. 514th Fighter Squadron (O7)

394th Bombardment Group (Medium), 9th Air Force/IX Bomber Command/98th Combat Wing
Remplace les 373rd et 406th (le 394th est présent du 19 août au 18 septembre puis direction A-50 Orléans-Bricy)
. 584th Bomber Squadron (K5)
. 585th Bomber Squadron (4T)
. 586th Bomber Squadron (H9)
. 587th Bomber Squadron (5W)

–oOo–

Le premier terrain à 2 pistes d’envol

Le 12 juillet, le 833rd Engineer Aviation Battalion (E.A.B.) du 926th regiment fut envoyé à Tour en Bessin dans le Calvados pour y construire le premier terrain pour bombardiers moyens qui allait prendre le nom de A 13. Ce terrain devrait être constitué de 2 pistes de 1525 m par 40 entièrement recouvertes de PSP (plaques d’acier percées), d’un réseau de taxiways et de routes d’accès ainsi que d’emplacements en SMT pour y parquer 75 avions. A l’exception d’un peloton de la compagnie B et de 2 pelotons de la compagnie C retenus respectivement sur A 7 et A 6, tout le bataillon se consacra à la construction de ce nouveau terrain. Le travail fut accompli en 16 jours.
Le 26 juillet le bataillon recevra l’aide du 846th E.A.B. du Major W.J. Battisson débarqué le 16 juillet.
A la date prévue au départ pour sa mise en service, le 28 juillet, les pistes, les aires de rassemblement, les taxiways, les aires de stationnement ainsi que l’installation de 2 réservoirs de 4000 litres pour l’essence et l’eau étaient terminés dans le périmètre réquisitionné pour le terrain équipé d’un réseau électrique minimum pour les communications et l’éclairage du camp.
A-13 était le premier aérodrome à 2 pistes entièrement construit en France par l’Armée des Etats-Unis et le premier à avoir ses pistes entièrement revêtues de PSP. C’était également le premier dont l’emplacement avait été décidé uniquement à la suite de reconnaissances aériennes. Mais la grande fierté du Bataillon était de l’avoir construit malgré l’avis défavorable des britanniques qui avaient déclaré qu’il était impossible de construire des pistes d’envol à cet endroit, extrême limite du secteur américain, la rivière Drôme bordant les installations marquant la limite entre les 2 secteurs.
Des tentes étaient dressées pour le cantonnement et pour l’intendance et un dépôt de matériel et de munitions furent créés le long de l’actuelle départementale 100, route d’accès élargie ouverte en utilisant le tracé du réseau préexistant.
Du 19 juillet au 19 août, A 13 fut le terrain des P 47 du 373rd Fighter Group qu’ils partagèrent à partir du 5 août avec ceux du 406th F.G Quand, dans le cadre du redéploiement du XIX Tactical Air Command couvrant l’avancée de la 3ème Armée américaine, les 2 groupes de chasse appartenant au 303rd Wing quittèrent le terrain, ils furent remplacés par les Martin B 26 Marauders du 394th Bombardment Group. Ces bombardiers moyens y demeurèrent jusqu’au 18 septembre soit un mois d’occupation des installations.
Une fois les avions partis, les installations furent utilisées comme dépôt de ravitaillement et terrain d’évacuation sanitaire jusqu’au 2 décembre où il fut rendu aux autorités françaises.
Aujourd’hui l’emprise des pistes est encore visible lorsqu’on parcourt les champs et qu’on se rend compte du manque de déclivité naturelle de certains d’entre eux par rapport à la pente naturelle du terrain. De plus lorsque qu’on se met dos au monument érigé au bord de l’ancienne nationale 13, on peut se rendre compte de son orientation en observant la rupture de continuité dans l’entrelacs de haies recouvrant l’endroit.
Contrairement aux britanniques qui ne l’ont jamais fait, les américains ont très vite aménagé des installations pour accueillir et baser leurs « medium bombers » sur le Continent.
Le 25 août, le 394th Group se posa sur A-13 venant de Holmsley dans le Hampshire. Il y restera jusqu’au 18 septembre, date à laquelle il partira à Orléans-Bricy (A-50). A partir de la Normandie, le Group participa aux bombardements des points de résistance en Bretagne et à Brest en particulier puis commença à opérer sur l’Allemagne en larguant, notamment des tracts (leaflets), destinés à affaiblir le moral de l’ennemi.

François Robinard

Situation du terrain dans la région (Coll François Robinard)

Photo aérienne (Coll François Robinard)

Les pistes ont été « parquetées » à l’aide de plaques PSP après que le sol a été recouvert de foin et de paille pour lutter contre la poussière. Les agriculteurs riverains et des alentours ont vu toute leur production réquisitionnée à cette fin.  (Coll François Robinard)

Activité opérationnelle (Coll François Robinard)

–oOo–

Pour plus d’information, nous vous recommandons le livre de François Robinard.