Clastres – Saint-Simon

PaysFrance
DépartementAisne
NomCLASTRES - SAINT-SIMON
Autre appellationSAINT-SIMON - CLASTRES
Commune(s)ARTEMPS, CLASTRES
Coordonnées49°45’10’’N 3°11’00’’E (1ère GM) / 49°45'26"N 3°12'41"E (2ème GM)
OACILFYT
Situation11 km sud-ouest SAINT-QUENTIN
UtilisationAncien aérodrome allemand puis français 1ère GM, français puis allemand 2ème GM, puis USAF, puis FAF
Autres rubriques


Vue d’ensemble du terrain aux diverses époques (Jacques Calcine, membre 2A)

 

Occupations successives du Terrain :

 

– 1ère Guerre Mondiale:

 

 

– Aviation allemande :

Jasta 20 du 09/02 au 01/03/17(XVIIIème A ?)

Jasta 24 du 16 au 27/08/18(XVIIIème A)

Jasta 42 du 16/08 au 10/09/18(XVIIIème A ?)

Jasta 79 du 17 au 25/08/18

Terrain évacué fin août 1918

Infrastructures : 9 tentes pour avions fin mai et juin 1918, 21 en juillet

 

– Aviation française :

GC 14 (Spa 75, 80, 83, 86, 166, 171)du 31/10 au 19/12/18

Spa 102 du 10/11 au 11/12/18(1ère Armée)

 

Sources SHD :

– Les escadrilles de l’Aviation Militaire française 1912-1920

– Dossiers série A

– Site WW1 Aeroplanes Squadrons

– Jastas pilots

 

2 / 2ème Guerre Mondiale :

 

– Armée de l’Air :

 

Compagnie de l’Air n° 99/111 (Ltt Billard, 5/20/139, 20 mitrailleuses Lewis AA de 8 mm en 5 affûts) du 27/08/39 au 16/05/40 ;

FTA : 2 batteries de 4 canons de 75 Mle 32 du groupe 61/405notées le 10 mars 1940

GAO 4/551 (8 ANF 117 + 4 LéO C30 de liaison) du 28/08 au 12/11/39

GAO 552  (ANF 117)du 01/12/39 au 15/01/40

GR I / 14 (8 Pz 63-11) du 21/03 au 14/05/40

Terrain bombardé le 16 mai

 

– Luftwaffe :

 

Le Terrain est répertorié d’octobre 1943 à juin 1944 par la Luftwaffe comme « Flugplatz St. Quentin – Clastres » ;

Cette dernière l’utilise brièvement pendant l’offensive de mai 40 :

– I et II / JG 27 (Bf 109E) du 07 au 11/06/40

– III / JG 52 (  «   ) les 8 et 9 juin 40

Les Allemands y construisent ensuite trois pistes de 1620, 1665 et 1710 m, bétonnées, balisées, équipées de rampes d’approches Lorenz et de moyens de percée ; trois zones de dispersion totalisent 37 abris et la défense antiaérienne est assurée par le402èmebataillon de Flak comprenant une batterie de 6 canons de 88 mm et 3 sections de 2 à 4 affûts quadruples de 20 mm.

Servant probablement d’aérodrome de réserve, son activité sera surtout très importante en 1944:

– III / SG 4 (40 FW 190A) du 14 février au 6 juin

– Etat-major de la JG 1 (Bf 109G) du 6 juin au 4 juillet

– III / JG 1 (Bf 109 G) du 6 au 10 juillet

– « Arrivée de 50 bimoteurs le 29/04/44 » (C/R Résistance), unité inconnue

 

L’aérodrome, libéré le 3 septembre, reçoit la désignation A-71, et deux unités de l’USAF y seront basées :

. 367ème FG (P 38 Lightning) du 08/09 au 27/10/44

. 387ème BG (B 26 Marauder) du 31/10/44 au 29/04/45

 

En 1952, le Terrain devenu entretemps une base OTAN, se voit doté d’une piste de 2400 m avec taxiway parallèle et 3 réseaux de « marguerites » de dispersion ; cependant, et la France ayant quitté l’Organisation, la base ne verra aucun desserrement, ne servant que de terrain de secours pour la Base de Cambrai, et accueillant surtout les jeunes recrues pour leur instruction militaire, jusqu’à sa mise au domaine en 1997.

 

Sources :

 

– Livre « Ils étaient là » (Paul Martin)

– Dossiers SHD / Air séries 2B et D

– Die Verbande der Deutschen Truppen (Tessin)

– Livre « La Luftwaffe face au Débarquement allié » (JB Frappé)

– Fliegerhorstkommandanturen undFlugplätze der deutschen Luftwaffe 1935-1945 (Mattiello)

 

 (Jacques Calcine, 2A)

(Fiche mise à jour 09 / 16)

 

Monument Clastres 1

Monument Clastres 2

Monument Clastres 3

 Trois vues du monument inauguré le 19 octobre 2002 lors de la mise du terrain au domaine  (photos Jacques Calcine)

CITATION REPRISE DU SITE WEB ORIGINAL DE L’ATLAS EN LIGNE DE LA DGAC AVEC SON AUTORISATION COURTOISE.

 

 

[iframe http://atlas.aviation-civile.gouv.fr/html/aero566.htm 620 1350]