Abbeville – Drucat

PaysFrance
DépartementSomme
NomABBEVILLE - DRUCAT
Autre appellationN/A
Commune(s)ABBEVILLE, DRUCAT, BUIGNY-SAINT-MACLOU
Coordonnées50°08’29’’N / 1°50’31’’E
OACILFOI
Situation4 km nord d'ABBEVILLE
UtilisationAérodrome civil français entre deux guerres, britannique puis allemand 2ème GM, civil actuel
Autres rubriques

Abbeville-Drucat 1930

 Le terrain en 1930 par rapport à l’infrastructure allemande ultérieure (Jacques Calcine, membre 2A)

Comme évoqué plus loin par Pierre DARRAS, le terrain, créé au début des années vingt, est un aérodrome de secours pour l’Aéronautique marchande sur la ligne Le Bourget – Londres. Il faut bien noter que son emplacement initial est à l’EST de la D 928.

En 1935, son infrastructure et ses équipements, relevés dans le Guide Aérien Michelin et l’Atlas Aéronautique du ministère de l’Air, sont standardisés et importants pour l’époque et consistent en :

  • Une aire d’atterrissage de 600 x 600 m
  • Un phare aérien de rappel à éclipse, blanc, indicatif « F »
  • Un balisage périphérique de nuit
  • 3 projecteurs d’atterrissage
  • 2 habitations en dur (gardien et météo), mais pas d’aérogare
  • 2 hangars (Etat, aéroclub)
  • Une installation radio fonctionnant sur les fréquences de 900 m (33,3 Mhz) et 930 m (32,2 Mhz), indicatif « FNI », associée à une station de radiogoniométrie.
  • Décentrée 2 km à l’ouest, à Buigny, un radiophare à alignement fonctionnant sur 964 m (31,1 Mhz) et dont les axes des faisceaux (son continu) sont orientés sensiblement vers Le Bourget, Douvres, Douai et Dieppe.

Aérodrome encore en service possédant un trés long passé historique. Laissons à Pierre Darras, président de l’aéroclub de la Somme, le soin de nous  présenter son histoire :

 »  L’histoire de l’aérodrome d’Abbeville peut se décomposer en cinq périodes au plan de sa situation géographique, de sa surface ou de son équipement.

Tout d’abord la création en 1922, sur la commune de Drucat- Le Plessiel, d’un terrain de secours de trente cinq hectares sur l’itinéraire de la première ligne aérienne commerciale Paris-Londres, ouverte en 1919. Cet aérodrome sera balisé, équipé d’une station TSF, d’un téléphone, d’un poste de distribution d’essence, d’un atelier avec outillage suffisant pour le dépannage et un peu plus tard de balises lumineuses délimitant la surface d’atterrissage de nuit. En 1930, l’Aéro club de la Somme à sa création, s’y installera, construira des hangars et animera par sa vitalité cette plateforme.

Voir également le lien vers la page     » Les Routes Aériennes – aviation commerciale  » mise à jour 29/6/2009

La seconde période sera son extension en 1936, sa surface passant de 35 hectares à 86 hectares pour les opérations interessant la Défense Nationale. Sur cette nouvelle surface se développera une activité importante avec l’Aéroclub et la section d’Aviation Populaire crée en 1937.

La troisième période fut celle de la guerre 1939-1945 au cours de laquelle ce terrain deviendra militaire. Occupé dans un premier temps par la RAF en 1939, il sera ensuite réquisitionné par les troupes allemandes qui le doteront en 1941 de trois pistes en dur de 1600m x 50m et de nombreux équipements tels que des abris et des casernements enterrés ainsi que des hangars pour des avions de chasse dissimulés dans les bois jouxtant Le Plessiel et Drcat. Différentes unités seront basées sur ce terrains. les pilotes anglais qui redoutaient ces pilotes allemands dans les combats aériens les appeleront alors les  »Abbeville Boys ».

Toutes ces installations furent fréquemment attaquées par les Alliés, d’abord par les chasseurs bombardiers de la RAF puis par les bombardiers lourds B17 en 1942 lors de l’opération  » Jubilée  », la tentative de débarquement sur Dieppe. Au cours de ces bombardements, le village de Le Plessiel sera en partie détruit. A la libération en septembre 1944, la RAF pris à nouveau possession du terrain remettant en état les pistes que les allemands avaient miné à leur départ. Une école militaire françaises s’y installa dirigée par le Capitaine Michel Doré, président fondateur de l’Aéroclub de la Somme, décédé en février 1945.

Le quatrième évenement important sera le transfert des installations du territoire de Drucat-Le Plessiel sur celui de la commune de Buigny St Maclou sous l’impulsion de Mr Alof de Louvencourt, inspecteur de finances et président de l’Aéroclub. Ces opérations se dérouleront de 1960 à 1964 , avec construction de hangars, d’ateliers, de station essence , d’un resto route et d’un motel géré par la société d’exploitation  » Le Relais Paris-Londres ».

Cette station Air-Route, inaugurée en 1965, fut la deuxième après Dijon dans un projet de seize stations sous la tutelle du Ministère des Transports pour développement de l’aviation d’affaire et de tourisme. En 1970, la CCI sous la présidence de Philippe Duclercq prendra la concession des installations.

Dernière étape de cette histoire, dans le cadre de la loi du 13 août 2004 relative au mutations domaniales de l’Etat, celui-ci devait se séparer de 151 hectares d’aérodrome et les transférer aux collectivités territoriales. Depuis le 1er janvier 2007 c’est la commune de Buigny St Maclou qui est propriètaire des 62 hectares de l’aérodrome, la CCI en restant la gestionnaire.

Pierre Darras – 4 avril 2007

*

Avant 1914 il existait sur la commune d’Abbeville un champ de manoeuvres militaires utilisé comme simple terrain d’atterrissage. Celui-ci se trouvait dans la ville même, à l’emplacement actuel d’un lycée (Voir fiche précédente ABBEVILLE-BAGATELLE).

Etude des vestiges de l’aérodrome d’Abbeville- Drucat

zoomer sur la carte pour les détails

En bleu : la piste actuelle

En souligné jaune : les anciennes pistes allemandes

En cercle rouge : les zones d’étude

Zone 1 : Bois abritant un dépôt de munitions

Situé à la sortie de Drucat mais il s’agit d’une propriété privée. Une simple chaussée en béton qui permet de pénétrer dans le bois et en fait le tour. Selon témoignage local, sous ce camouflage naturel étaient stockés des munitions.

Survol de la zone

Zone 2 :   Secteur contenant des hangars abris. Commune de Drucat

Les flèches bleues indiquent la position des hangars abris de forme demi tonneau

Chaussée en béton permettant de desservir les hangars

Vestiges de murs de soutènement pour l’un des hangars

Plots d’un second hangar.

Un peu plus loin dans le village de Drucat, présence de plots supports pour une tour de Flak

Zone 3 :   Secteur contenant des hangars abris. Commune de Le Plessiel

Survol de la commune de Le Plessiel. Présence sous les arbres d’une série de hangars-abris de formes différentes que ceux décrit précedemment sur Drucat.

Aire de manoeuvre face à un ancien hangar dont il ne reste que les murs et plots supports

Supports en béton pour des poutres ou rondins permettant le recouvrement par un filet de camouflage

Récupération par un propriètaire. Les murs et la toiture ne sont plus d’époque.

Bac réserve d’eau.

Plots supports

Emplacement de l’une des anciennes pistes allemandes.

Occupation du terrain  ( étude réalisée par Jacques Calcine)

Armée de l’Air :

Compagnie de l’Air 53/104 du 27 / 08 / 39 à probablement début décembre, ainsi qu’ une batterie DCA de canons de 25 mm des FTA (Forces Terrestres Antiaériennes). Poste de Commandement 34ème EB arrivée même date, départ Chaumont le 17 / 09, ainsi que le Groupe de Bombardement GB 1/34 sur Amiot 143 jusqu’au 08 / 09 (puis Auzainvilliers).

Royal Air Force :

51 Wing / Sqdn 2 (Lysander) du 29/09/39 au 17/05/40, Sqdn 26 (idem) du 03/10/39 à avril 40, Sqdn 13 (idem) du 22 au 26/05/40

? Wing / Sqdn 607 (Hurricane) du 12 au 26/04/40, Sqdn 615 (Gladiator puis Hurricane) 27/04 au 22/05, Sqdn 151 (Hurricane) les 17 et 18/05/40,

Luftwaffe :

Le Terrain est répertorié de juillet 1942 à juin 1944 par la Luftwaffe comme  » Flugplatz Abbeville – Drucat  » sous le n° de code 246;

Trois pistes bétonnées et balisées de 1620 m sont construites, ainsi que deux zones de dispersion totalisant 36 grands abris et 19 petits.

Unités connues:

  • 08 / 06 / 40: notés 5 Ju 88
  • .. / 06 : Passages d’une unité de HS 123
  • 09 au 17 /06: II / JG 51 (Bf 109E)
  • .. /  06 au .. / 09 / 40: II / ZG 76 (Bf 110C)
  • 10 / 11 / 40 : Retour du III / JG 26 (Bf109E), jusqu’au 09 / 02 / 41 puis retour en Allemagne
  • 07 / 12 / 40 au 09 / 02 / 41:  Stab JG 26, I / JG 26 et II / JG 26 (Bf 109E)
  • 09/02 au 09/03/41: I / JG 51 (Bf 109F)
  • 01 / 03 / 41 à mai 41: ErJG / JG 51 (Bf 109 E)
  • Le 04  / 04 / 41: Erprobungsgruppe 210 formé sur le Terrain, équipé de Bf 110C/D, rebaptisé I / SKG 210 le 24 / 04, est transféré à Lippstadt en mai 41.
  • 18 / 06 au 24 / 12 / 41: II / JG 2 sur Bf 109 E/F
  • 22 / 12 / 41 au 08 / 01 / 43 : II / JG 26 avec 31 Fw190A2 dont 19 opérationnels
  • En 1942, un détachement du FAR 42 FliegerAusbildungRegt, chargé de l’instruction militaire de base des jeunes recrues de la Luftwaffe et par la même occasion, de la protection des aérodromes.
  • Août 42, Staffel 11(H) / JG 26 sur Bf 109 G-1 pressurisés pour la Chasse à haute altitude

Par rapport au terrain d’origine, l’extension Luftwaffe s’est surtout effectuée au Nord et à l’Est

Pertes Luftwaffe notées dans les dossiers WAATS au SHD / Air (permettent d’identifier des unités affectées ou de passage non notées)

III / KG 76 (ou erreur ZG ?) le 08 / 08 / 40

I / JG 51 le 05 / 03 / 41 (Bf109F)

II / JG 2 les 20 / 07 / 41 , 04 / 07 / 43, 04 / 08 / 43

II / JG 26 les 24 / 03 / 42, 10 / 04, 24 / 04, 13 / 07, 09 / 01 / 43, 19 / 08, 07 / 01 / 44, 14 / 01 / 44

I / JG 2 les 05 / 06 / 42, 19 / 08 / 42, 16 / 07 / 43

I / JG 26 les 20 / 12 / 42, 06 / 06 / 44

I / JG 3 le 24 / 10 / 43 (Bf 109G)

II / KG 30 un JU 88 le 14 / 03 / 44

I / JG 5 le 16 / 07 / 44 (Bf109G)

Bombardements du Terrain :

1942 les 16, 17 et 18 / 08

1943 les 14 / 04, 25 / 06 – 09, 14 et 27 / 07 – 04, 16 et 20 / 08 – 07, 08, 23 et 28 / 09 – 22 / 10 et 07 / 11

1944 les 19 et 24 / 05

A la Libération :

Terrain répertorié comme ALG B 92 et installation du 61th TCG (sur C 47) du 1er (ou 13 ?)/ 03 au 19 / 05 / 45.

Sources :

  • Livre « Ils étaient là » (Paul Martin)
  • Dossiers SHD / Air séries 2B et D
  • Die Verbande der Deutschen Truppen (Tessin)
  • Fliegerhorstkommandanturen und Flugplätze der deutschen Luftwaffe 1935-1945 (Mattiello)
  • Site « ww2.dk/ »
  • RAF Squadrons

(Fiche mise à jour 09 / 16)

*

Ont participés à la rédaction de cette page et aux recherches sur place : Pierre Darras, Daniel Flahaut, Dominique Bruyer, Jean Luc et Geneviéve Van Campenhout, Nicolas Grebert, Jacques Calcine.

Tous ceux qui nous ont, de prés ou de loin, informés sur l’histoire de ce terrain.

 

Post navigation